Ricardo Colautti,

La Trilogie Sebastián Dun

- Ogre n°18

Livre   |  Extrait   |  Presse

Blogs

  • "La Trilogie Sebastian Dun", par Sonia, Un dernier livre avant la fin du monde, le 12 août 2017

    "Écriture minutieuse voire maniaque, envolées lyriques savamment entrecoupées d’épisodes saccadés, aucune phrase ne dépasse et les étranges, inclassables aventures picaresques du héros ne sauraient prendre une ligne supplémentaire."

  • "Note de lecture : La Trilogie Sebastian Dun (Ricardo Colautti)" par Hugues Robert, Charybde 27 Le Blog, le 30 mai 2017

    "L’étrange fuite en avant d’un mauvais garçon argentin, moitié follement rêvée, moitié terriblement réaliste. Hors des courants et magnifique."

    "Sous les ressorts faussement décharnés d’une langue prétendument simple, Ricardo Colautti joue en catimini les artificiers de génie."

Journaux

  • "Ricardo Colautti, créateur d'images", par Christian Galdon, En attendant Nadeau, le 21 août 2017

    "Trente ans après sa dernière publication en espagnol, on peut se réjouir en français de l’écriture « électrisée » d’un des grands oubliés de la littérature latino-américaine. Ne laissons pas passer l’occasion."

  • « Ricardo Colautti, Dieu reconnaîtra les chiens »par Mathieu Lindon, Libération, le 19 mai 2017

    Sebastian Dun, le narrateur de chacun des brefs textes de cette brève trilogie, n’a pas l’air d’avoir toute sa tête. Ou, plutôt, il écrit au plus près de ses pensées qui s’entrechoquent, se métamorphosent, telles des pensées, si bien qu’on ne sait jamais précisément dans quel avatar on est. Il y a une sorte d’ubiquité permanente, dans le temps, dans l’espace, entre l’humanité et l’animalité, la réalité et l’imagination. C’est Sebastian Dun qui donne le meilleur portrait de lui-même : « Parfois, j’ai l’impression que ma pensée est à l’intérieur d’une boule à facettes, que j’y suis moi aussi et ne peux pas en sortir. »

Librairie

  • Librairie Au Brouillon de culture

    "Écrivain argentin injustement méconnu en France, Ricardo Colautti et entre autres l'inspirateur du génialissime Pablo Katchadjian, auteur de Merci et Quoi faire.
    Derrière la forme classique du roman d'apprentissage ici employée se cache une narration frénétique qui va se jouer du réel au fil des pages".

Radios

  • "Paludes 835", par Nikola Delescluse, Blog.paludes.fr, 19 mai 2017

    "des textes qui sont marqués par leur énergie"

    "C'est toute la société Argentine qui est dépeinte, avec des couleurs particulièrement sombres."