Quentin Leclerc,

Saccage

- Ogre n°13

Livre   |  Extrait   |  Presse

Blogs

  • "SACCAGE (QUENTIN LECLERC)", par Lucien Raphmaj, Raphmaj, 24 juillet 2016

    "Il y a des premiers romans qui sont comme les derniers, aboutis, animés d’une flamme de fin du monde, brûlés par un vent terrible, parlant d’une langue en perpétuelle survivance."

  • "Lecture : trois road trips pour l'été", par Sophie Pujas, Lepoint.fr, 8 août 2016

    "Apocalyptique. Attention, objet littéraire hors norme."

  • "Note de lecture : Saccage", par Hugues Robert, Charybde 27: Le Blog, 27 juin 2016

    "Ce premier roman de Quentin Leclerc, est sans aucun doute l’un de ces coups de tonnerre littéraire qui marquent une lectrice ou un lecteur, renvoyant peut-être en ce qui me concerne à un choc éprouvé il y a un peu plus de trente ans, celui de la Biographie comparée de Jorian Murgrave d’Antoine Volodine – excusez du peu.

  • "Le Livre étrange : Saccage, de Quentin Leclerc", par Jean-Philippe Cazier, Diacritik, 23 juin 2016

    "Saccage, de Quentin Leclerc, est un livre étrange – un livre qui fait exister un monde que l’on pourrait reconnaître et que pourtant nous ne reconnaissons pas. Y sont écrits l’inconnu et l’obscur qui, dans le livre, recouvrent les mots, les choses, les êtres."

  • "Saccage, Quentin Leclerc", par Lou Dev, Lou et les feuilles volantes, 21 juin 2016

    "Saccage est un roman de l'apocalypse, de la dégradation, de la souillure, de l'extinction face à laquelle parole résiste. Métaphore paroxystique de l'écrivain qui, atteint de la « maladie du langage », veut et sent qu'il doit dire, mais ne sait comment ni dans quel ordre — « dans carcasse tout s'embourbe et tout s'imprime. » Impossibilité du silence, impuissance de la parole. Menace de l'indicible. Être possédé par des légions de voix empêche d'écrire, ne pas écrire est échec et déchéance, écrire permet le sublime, écrire est « la tâche qui nous souillera toute notre existence. La tâche de carcasse. » Écrire est au centre. Écrire, dire, enregistrer, laisser trace."

  • "Le dit des carcasses : Quentin Leclerc en langue vive", par Claro, le Clavier Cannibale,  10 juin 2016

    "A l’heure de la grande concentration des camps, Saccage s’impose comme un chant suffisamment désespéré pour qu’on sente, au-delà des violences dont il se fait le greffier méthodique, la ligne claire d’un combat d’écriture : celui contre l’extinction des voix."

  • "Saccage", par Eric Darsan, Blog d'Eric Darsan, 6 mai 2016

    "Anticipation sociale et chanson de geste, récit choral, focal, oracle et prophétie, Saccage est un premier roman néo-poélitique puissant"

Journaux

  • "L'Outrenoir", de Camille Cloarec, Le Matricule des Anges, 6 juillet 2016

    "Le premier roman de Quentin Leclerc frappe par l'originalité de sa proposition et la puissance de sa langue."

  • "Le Monde saccagé des carcasses", par Alain Nicolas, L'Humanité, 23 juin 2016

    "Quentin Leclerc offre un premier roman très maîtrisé, servi par une langue puissante, tendue, qui emporte tout. Créer du neuf dans un genre très encombré est un défi risqué, relevé de main de maître pour une réussite totale".

Radios

  • "Saccage", par Nikola, "Paludes", Radio Campus Lille, 4 juin 2016

    "Un texte bref et ramassé, d'une intensité lumineuse !"