Lucie Taïeb,

Les Échappées

- Ogre n°31

Livre   |  Extrait   |  Presse

Blogs

  • "Les échappées de Lucie Taïeb" par Carole Darricarrère, Sitaudis.fr, le 1er décembre 2019

    "Lucie Taïeb élève la métamorphose à hauteur d’une fable poélitique et renouvelle les genres en les déréalisant page à page, [...], expérience de lecture aussi lisse que déconcertante, fascinant et concertant manuel de lâcher prise."


  • "Les échappées, conte dystopique de Lucie Taïeb" par Adrien Meignan, Addict-Culture, le 11 septembre 2019

    "Le monde métaphorique de Lucie Taïeb et de ses échappées s’inscrivent dans notre réalité, où celui qui n’a pas de fonction est exclu. Des livres comme celui-ci sont indispensables pour alimenter nos consciences par un imaginaire sensible au réel."

  • "Lucie Taïeb : "Dans le monde de l'écriture, ce que j'attends, c'est d'entendre quelque chose" par Marie Richeux, France Culture, le 23 octobre 2019

    "Elle nous parle de poésie comme espace d'une parole libre, de déplacements comme issue à un monde oppressant, et de souvenirs comme moyens de sortir de la soumission."

  • "Les échappées, ou prendre la fuite au mot" par Clara Vincent, ActuaLitté, le 6 novembre 2019

    "Avec Les échappées, Lucie Taïeb semble vouloir rendre compte de toutes les lignes de fuite, celles qu’une histoire n’aurait pas prise, ou qu’un discours ne voulait pas retenir. [...Poétique sans accent lyrique, [son roman] donne voix à la sensibilité au travers d’une langue qui se déploie dans une certaine clarté, mais qui parfois, aussi, dérape et jure."


  • "Les échappées, de Lucie Taïeb" par Pascal Gibourg, Remue.net, le 14 septembre 2019

    "Quelque chose advient, sourd, s’ancre, tout en glissant, en dérapant. Quelque chose s’enfonce. C’est de ce double mouvement que procède l’organicité de cette écriture qui, lorsqu’on y est sensible, vous happe et vous brasse, vous défait."

  • "Les Échappées, Lucie Taïeb", L'Espadon, 11 septembre 2019

    "Avec Les Echappées, on ne met jamais les pieds là où l'on croit les mettre. Délicieux et déroutant. Les mots ne figent pas, vivent dans le mouvement, n'enferment pas la possibilité d'un mirage."

Journaux

  • "Les Echappées, résistantes de demain"par Ian Brossat, Libération, le 14 février 2020

    "J’ai beaucoup apprécié cette étoile filante littéraire où sous les dehors de l’anticipation peuvent se retrouver bien des traits de notre société actuelle. [...] Ce texte poétique fait l’éloge de l’indocilité, du refus courageux face aux commandements destructeurs d’un pouvoir d’apparence technique mais qui se révèle entièrement tyrannique."


  • "La révolte à corps perdu" par Marie Fouquet, Le Nouveau Magazine littéraire, en janvier 2020

    "L'ultime rébellion des habitants d'un monde normé et borné qui transforme les humains épuisés en sujets non pensants."

  • "Livre : Les échappées, de Lucie Taïeb", Le Commerce du Levant, le 6 décembre 2019

    "Dans ce conte poétique et politique, Lucie Taïeb enchâsse deux récits avec brio : une dystopie antitotalitaire à la George Orwell et un drame familial au cœur d’un foyer parfaitement lisse en apparence."

  • "Lucie Taïeb échappe à l'effondrement du roman" (accès abonné), par Alain Nicolas, L'Humanité, 10 octobre 2019

    "Venue de la poésie, Lucie Taïeb donne au roman une voix ample, sobre, qui appelle le lecteur à échapper aux fictions dominantes et à contribuer à son rêve."

  • "La remontée des corps", par Jeanne Bacharach, En Attendant Nadeau, 8 octobre 2019

    "Lucie Taïeb, dans les incertitudes et les troubles qu’elle saisit à travers ses personnages et qu’elle associe à leur énergie et à leur pouvoir d’action, donne corps à la violence la plus intime."

  • "Où fuir suffit, ne suffit pas", entretien avec Lucie Taïeb par Martin Rass, Diacritik, 18 septembre 2019

    "[I]l y a dans la vision néolibérale du monde et ses formes de réalisation une puissance mortifère qui dépasse la seule obsession de pureté. Mais en tout cas, encore une fois, c’est contre l’étouffement que j’écris, contre la chape, et pour trouver une issue, une respiration, une énergie."

  • "Les Échappées, de Lucie Taïeb", par Frank Mannoni, Le Matricule des Anges, 10 septembre 2019

    "Dans la lignée des grandes œuvres anti-totalitaire, telles 1984 de George Orwell, tout en explorant d'autres voies littéraires."

Librairie

  • Les Guetteurs de vent (Paris) : "Une société hyper performative, une menace, une traque, une étoile... Des pièces fantastiques, politiques, écologiques et sentimentales s'assemblant en un magnifique puzzle empli de lyrisme, vibrant d'espoir. Un énorme coup de cœur !"

  • Aurélie, Le Monte en l'Air (Paris) : "Ceci n'est pas un manuel pas vraiment un roman non plus, mais c'est une langue c'est sûr, une langue poétique et puissante, un récit aussi terrorisant qu'envoûtant, une expérience de lecture INOUBLIABLE."