Jason Hrivnak,

La Maison des Épreuves

- Ogre n°16

Livre   |  Extrait   |  Presse

Blogs


  • "La maison des épreuves de Jason Hrivnak", par blackrosesforme sur blackrosesforme.wordpress.com, 15 mai 2017

    "Le troisième et dernier test propose 10 différentes histoires, auxquelles sont assorties jusqu’à sept réponses, qui font, cette fois, progresser la narration. Un exemple, au hasard : « (…) Ce sentiment d’isolement s’aggrave, et vous commencez à oublier les visages des membres de votre famille et de vos amis. De quelle façon leurs traits se délitent-ils ? Qui oubliez-vous en premier et en dernier ? » Ou préférez-vous cette autre épreuve : « (…) Ils me trouveront au fond du lac pieds et poings liés à mon fidèle étalon. Et cette vision les hantera toute leur vie. De propos délibérés, j’ai mis fin à mes jours. Ai-je commis une chose horrible ? Prescrivez-moi une autre solution. Imaginez-moi un avenir dans lequel je retrouverai l’éloquence qui est la mienne ce soir en tant qu’enfant choisissant de se suicider. »

    Pas envie de répondre à ce genre de questionnaire ? Mais il le faut, pour sauver un ami. C’est pourquoi ce roman, si singulier, superbement traduit par Claro, touche autant. Parce qu’il ne donne pas les réponses, parce qu’il n’y a pas de réponses. Que des interrogations douloureuses. Est-on maître de sa vie ? Faut-il affronter la laideur pour sublimer la beauté ? En quoi les rencontres font de nous ce que nous sommes ? Pourquoi laisse-t-on nos amis nous quitter ? A moins que la seule réponse qui vaille soit celle-ci : l’existence n’est qu’un Terrain d’essai, une aventure sadique où, pour être heureux, il nous faut souffrir, souffrir de plus en plus, ou faire souffrir nos âmes sœurs."

  • "La Maison des Epreuves de Jason Hrivnak" par Anne, sur textualites.wordpress.com, 9 février 2017

    "(...) un texte pour le moins déconcertant, empreint d’une noirceur cauchemardesque, poussant dans ses retranchements les plus sombres les limites de la narration. On sort à la fois intrigué et marqué de cette lecture laborieuse et fascinante, perplexe quant à notre ressenti, comme au sortir d’un rêve inquiétant et absurde. Une lecture expérimentale assurément troublante…"


  • "La Maison des Epreuves - Jason Hrivnak" par Ingannmic sur bookin-ingannmic.blogspot.fr, 27 février 2017

    "A la fois jeu de rôle dont vous êtes le héros, questionnaire à choix multiples, pseudo dissertation philosophique, ce curieux ouvrage vous emmène sur les chemins tortueux d'un territoire à la fois fabuleux et malsain, vous place dans des situations inédites, étranges, qui évoquent rêves ou cauchemars, et dont les brefs intitulés se révèlent de véritables poèmes en prose."


  • "La Maison des Épreuves de Jason Hrivnak", Céline Garnier, sur Librairieduchatborgne.fr, 17 février 2017

    "Ce premier roman est un OLNI (Objet à Lire Non Identifié) bourré d’imagination tantôt poétique, tantôt philosophique, tantôt cauchemardesque...Ce roman ne se dévore pas. C’est lui qui tendrement nous enveloppe dans un monde fantasmagorique où tout parait possible pour mieux nous dévorer. Il extirpe ce qu’il y a de plus profond et de plus sombre de notre inconscient et y immisce des questions que l’on n’ose pas, que l’on n’osait pas ou que l’on n’oserait sans doute jamais se poser. Des questions qui éveillent en nous tout un panel d’émotions, de sentiments et des souvenirs et qui agitent furieusement l’imagination de notre enfance perdue."


  • "La Maison des Epreuves (Jason Hrivnak)"par Lucien Raphmaj, sur lucienraphmaj.wordpress.com, 23 février 2017

    "La Maison des épreuves est un livre des morts, un livre de vie, un livre d’amour. Face à l’impossible de la mort et du deuil, l’impossible de la littérature, irréalité contre irréalité. Cette solution pourrait être mise à la réflexion à travers toute une littérature tant philosophique que littéraire (de Cioran à Primo Levi, que la littérature a sauvé dans les camps mais n’a pas empêché ensuite son suicide). C’est une littérature qui s’éprouve comme expérience au sens bataillien (...) et qui s’exprime dans L’expérience intérieure, comme expérience-limite, expérience spécifique à la littérature qui approche de manière singulière le travail du négatif. Comme jeu ouvert et sans réponse. Tout tient à ces lignes de fuites qui nous sont tendues comme des bouquets. Une maison aux milliers de portes ouvertes et battantes."

  • "La Maison des Epreuves de Jason Hrivnak : un beau cauchemar"Elizabeth Lord, lesmeconnus.net, 15 février 2017

    "Attendez-vous seulement à rêver beaucoup durant les nuits où les mots de Hrivnak berceront votre sommeil…"

  • "10 livres à lire absolument en attendant le printemps" par Aaïs Orieul, Terrafemina.com, 9 février 2017

    "Pour faire revivre Fiona une dernière fois, pour faire son deuil, le narrateur a déployé le test ultime, macabre et stupéfiant. Il ne faut pas seulement lire La maison des épreuves, il faut se l'approprier complètement."

  • "LA MAISON DES ÉPREUVES DE JASON HRIVNAK"Pr. Platypus, sur profplatypus.fr, 2 février 2017

    "La Maison des épreuves de Jason Hrivnak, la cérémonie d'exorcisme dont vous êtes le héros"


  • "Note de lecture : La Maison des Epreuves (Jason Hrivnak)"de Hugues Robert, Charybde2.wordpress.com, 7 janvier 2017

    "Ce qui fait néanmoins de « La Maison des épreuves » beaucoup plus qu’un formidable compendium onirique et fantastique, ou qu’un méta-jeu pour initiés et curieux, c’est bien l’omniprésence, dans chaque fin de situation, de ce questionnement soigneusement psychologisant, offrant comme une bizarre litanie de développement personnel qui résonne tout particulièrement en disharmonie prolifique avec le ton clinique adopté dans presque toutes les descriptions de contextes, aussi aberrants ou extraordinaires soient-ils. On risquera ainsi l’hypothèse que le pari audacieux du narrateur tardivement repenti – sans que l’on sache de quoi exactement, et au fond, quelle importance ? – est réussi, et qu’il y a bien ici à l’œuvre, par-delà la liesse aventureuse qui nous saisit à la lecture, un anti-manuel de suicide et un guide de rééchantement du monde qui, s’attaquant subrepticement mais très courageusement à ce malaise dans la civilisation qui se cristallise si terriblement dans le suicide (des jeunes tout particulièrement), offre en douce pour remède, contre toutes les recommandations psycho-moralisatrices et néo-bien-pensantes, non pas moins mais davantage de jeu, non pas moins mais davantage de morbidité, ludiquement assumée, non pas moins, mais davantage, bien davantage, d’imagination littéraire, scénaristique et créatrice."



  • "La Maison des Epreuves, Jason Hrivnak" de Lou, Louetlesfeuillesvolantes.blogspot.fr, 12 janvier 2017

    "La Maison des épreuves empreinte un chemin tortueux et une forme nouvelle, surprenante, déstabilisante, « un territoire de repli, un territoire alternatif tout en friches et cachettes », qui dévore le lecteur auquel elle est offerte en pâture. Elle explore l'enfance et l'adolescence, leurs hallucinations, leur sérieux et leur alter-vision de la réalité, elle exacerbe les pulsions autodestructrices et les met en scène pour les exorciser, les extraire de l'inconscient puis les déposer entre les mains du lecteur telles de petits monstres déformés qui palpitent encore."



  • "La Maison des Epreuves - Jason Hrivnak"de Héloïse, undernierlivre.net, 13 janvier 2017

    "Jason Hrivnak prouve qu’il peut y avoir de la justesse dans l’outrance, de la tendresse dans la noirceur des âmes et de la beauté dans l’horreur. Transcendant le glauque et sans complaisance avec la violence, la maison des épreuves est à la fois tour de magie et tour de force dans une drôle de foire aux atrocités. La traduction de Claro, comme toujours impeccable, garantit une immersion fluide et sans remous dans l’univers de l’auteur."


Journaux

  • "Attrape-cauchemar" par Ulysse Baratin, En attendant Nadeau, 11 avril 2017

    "S’ouvrant sur un récit adolescent empreint de gravité, [La Maisons des Epreuves] se révèle rapidement joueur et halluciné. Objet rare."


  • "Jason Hrivnak, "Jeux Pernicieux inc."" de Mathieu Lindon, Libération, 6 janvier 2017

     "Il y a quelque chose de stupéfiant dans la Maison des Epreuves" 


  • "Quel cauchemar êtes-vous ?", par Alain Nicolas, l'Humanité, 5 janvier 2016

    "Le choc du premier roman du Canadien Jason Hrivnak : un tour de la souffrance par deux enfants."

    "La première épreuve de la Maison est sa lecture. Elle nous tend un miroir déformant (ou vrai) qui reflète ce que nous ne tenons pas à voir. Mais cette atmosphère qui tient de Sade, de Kafka, des grands romans gothiques ou des surréalistes, nous embarque d'emblée. Le plus simple est de garder à l'esprit ce qu'en dit l'auteur. "Ce livre a juste besoin d'un bandeau, (...) indiquant ce qu'il a l'intention de faire : "Je veux extirper de tes pires cauchemars quelque chose qui y est tapi et qui ne pourra plus jamais y être renfermé." "


  • "Traduire, dit-elle. La rentrée des traducteurs" par Alice Zéniter, Le Monde des livres, 22 décembre 2016

    "[L]es embryons de narration m’ont livré de minuscules contes noirs et vénéneux, rappelant ceux d’Edgar Poe. [C]omme toute œuvre nouvelle, elle ne s’inscrit pas dans un genre mais crée le sien, une forme inédite, un précédent, peut-être, dans l’histoire de la littérature et il me semble donc nécessaire qu’elle existe, qu’elle puisse être lue, voire imitée [...]" 

Radios

  • "Hors du charnier natal" : rencontre avec Claro, par François Angelier sur Mauvais Genres / France Culture, 8 avril 2017

  • "Paludes 818" par Nikola Delescluse, Blog.paludes.fr, 6 janvier 2017

    "un livre de questions (...) d'interrogations sur soi et sur les autres"

    "un livre qui ouvre des pistes, déploie un éventail d'imaginaires d'une très grande virtuosité (...) c'est un texte bref et ramassé mais qui déploie sous vos yeux et sous vos pas, des abîmes qu'il vous faudra bien franchir."