Claro .,

Comment rester immobile quand on est en feu

- Ogre n°8

Livre   |  Extrait   |  Presse

Il n’y aura pas d’introduction pour la fort peu suave raison

que ce qu’on voulait introduire l’a été largement plus

personne n’oserait en témoigner question d’élémentaire

économie réfléchis un peu sur le comptoir tu poses ton

verre ou ton coude ton porte-monnaie ton estime etc

mais en fait tu sais très bien que c’est le comptoir qui

s’impose à ton verre ton coude etc ne m’oblige pas à

tout redistribuer par en dessous il s’agit moins là d’une

inversion de la réalité physique que d’un retour du

principe de précédence d’où il découle arbitrairement

un certain corpus de lois qu’on s’efforce de nous

appliquer à rebours enfin esclaves des conséquences

nous pouvons courtiser à notre insu et les causes et

leurs mères ingrates impatience présage etc visée à long

terme tout ça est caduc enfin ose et conviens d’emblée

que les personnages leurs familles relations animaux

domestiques et autres ambitions la psychologie des

surfaces étant ce qu’elle est après vérification tout ça ne

tient pas trois temps ce n’est ni renoncement ni édit

cruel le poumon l’a compris on n’en veut pas ni faire

ripaille d’imbroglios user et s’amuser de subterfuges

tous ces noms propres quelle clé leur donner à quel

portemanteau accrocher leurs prétendus idéaux on n’a

pas voulu imposer de plan de page ni disposer de ronds

de serviette on est comme ça et c’est là une orientation

générale on leur dit adieu et surtout bonne chance hein

le temps ne presse pas mais décrire quoi et comment

et où et si c’est possible éviter de décrire pour mieux

souscrire à des emprunts moins criants à quoi bon la

couleur du mur et la hauteur indéniable du plafond

à quoi bon tant qu’on y est le bois des planchers le

grincement des mêmes planchers et la vue offerte

gracieusement par les perspectives que ferait-on des

nuances de l’adjectif ou du dégradé du substantif et où

mettre la chaise et quelle cascade de compliments asseoir

dessus il faut instaurer une nudité qui fasse décor et

s’y tenir autrement favoriser le mépris des détails sans

nulle fainéantise mais par principe puisque le principe

comme le client porte couronne face à l’intrigue à ses

fesses serrées et à son ombilic où brille un diamant de

là une grande méfiance on a trop conçu et soupé des

rebondissements par lesquels s’égarer sans plus-value

morale alors qu’inventer qu’ourdir coucou les trois

mousquetaires règnent en führers sur les chapitres de

notre négligence à nous de confesser que nous fûmes

en notre préhistoire leurs souples gitons mais c’est fini

ça recommence aux yeux et barbe de ceux qui encore

et toujours mais plus pour très longtemps réclament la

fastueuse gymnastique du blablarratif et de ses variantes

allons l’heure n’est plus à la négociation la foire aux

intentions ses portes désormais se referment comme des

grilles de clubs au nez de tout ce qui la ramène un peu

ô malédiction la phacochère réalité ne s’embarrasse pas

de reliefs l’usure a trop servi disons-le sans vraiment

nier le charme des regrets et estimons avec un certain

sadisme que nouer tous les fils relève du ravaudage

mais sûrement pas de la conscience encore moins de

la pensée n’y revenons pas à quoi bon tout s’effacera

de soi n’y étant pour rien on signera comme si de rien

jamais n’avait pu être sous tes pieds un protagoniste

qu’en faire de mémoire ordinaire on n’a su s’en défaire

aussi promptement qu’on l’aurait souhaité n’est-ce pas

le pendre à la potence est un peu trop facile s’il faut

finalement le dispenser d’être et de recommencer tel

un ami proche il obtempère encore et on n’y peut rien

aussi fatales soient les convictions à quoi bon cuisiner

des dialogues c’est d’emblée une sinécure le torticolis

n’y gagne rien allées et venues par avance soudoyées pas

de vertige tout juste une dialectique pourquoi gagner

ce que l’orgasme sans doute y perdrait plutôt une

invitation à se dissoudre s’éloigner de soi se perdre dans

le contexte plutôt le fragment et son emphase à la fois

mesquine et naturelle ses imbrications ses flux hors de

question de faire l’impasse sur le contexte on lui colle

la cocarde ça devrait suffire dans un premier temps sa

taurine puissance est garante d’échanges inestimables

alors poutre ou pas poutre dalle de béton ou parquet

de merisier tout ça c’est de l’intendance mentale

commençons par travailler les perspectives gauchir les

enfilades et au diable le luxe à dieu les éclairages à nous

la maîtrise des échos en fonction des volumes décidés

la digression est une épine qu’on offre au pied blessé

on peut la casser en brins et croches c’est chose possible

accordons-lui un crédit de cent mille deux cent mille

hop à la caisse mais moyennant résultats hein quelques

repères grammaticaux ici et là tout baigne impossible

de s’arrêter une goutte d’eau sur le macadam suffit à

singer le fleuve déjà la lune ondule sur les pupilles les

cris des loups le sabre de douleur venant enfin à bout

du goulot aimant le sang du champagne fuse rouge sang

noir réveillant le danger qui naît de sa base inconcevable

on a quitté les cavernes de l’être pour se recroqueviller

dans le dé à coudre du dire comme c’est facile un swing

puis un autre c’était donc ça s’évader il suffit lâchons les

chiens nos plaies ont soif et la prairie n’est plus qu’un

synonyme la pluie une ponctuation quelle audace on

s’époumone et la suie enrobe tout en son silence