Angela Carter,

Les Machines à désir infernales du Docteur Hoffman

- Ogre n° 9

Livre   |  Extrait   |  Presse

Blogs

  • "Les machines à désir infernales du Dr Hoffman- Angela Carter"par Sandrine Brugot Maillard sur mesimaginaires.net, 4 décembre 2016

    "Bien vite, comme le narrateur, le lecteur change de camp et prend fait et cause pour l’inventivité du docteur aux dépens du rigide Ministre et de sa triste réalité. L’offensive s’avère donc gagnante : Angela Carter réjouira vos soirées par son imaginaire excessif et ses créatures parfois dérangeantes."

  • "Les bizarreries picaresques et surréalistes d'Angela Carter", par Sophie Ehrsam, En attendant Nadeau, 17 mai 2016

    "Les Machines à désir infernales du Docteur Hoffman, roman d’Angela Carter, considéré comme une œuvre surréaliste majeure, est enfin traduit en français. C’est un voyage étourdissant dans la pensée humaine et une réflexion sur l’écriture."

  • "Note de lecture: "Les Machines à désir infernales du docteur Hoffman", Angela Carter", par Hugues Robert, Charybde 27 :  le Blog, 1er février 2016

    "Ce sixième roman d’Angela Carter réussit le rare miracle d’être un trésor référentiel nourri d’expérimentations formelles, de théorie critique, de contre-culture radicale et de philosophie politique avancée, pleinement inscrit dans le post-modernisme comme dans la science-fiction radicale, tout en se présentant sous la forme savoureuse et enlevée d’un récit picaresque haut en couleurs, en humour noir et en beauté convulsive."

  • "Les Machines à désir infernales du docteur Hoffman, Angela Carter", par Lou Dev, Lou et les feuilles volantes, 29 janvier 2016

    "Les machines à désir infernales du Dr. Hoffman sont brisées, le réel a gagné. Tout s'est arrêté. En sommes-nous sûrs ? Le livre clos, posé sur le bureau. Restent les images. À l'intérieur du crâne, la tempête ne s'est pas apaisée. La psyché est fécondée."

  • "Angela Carter - les Machines à désir infernales du docteur Hoffman", par Teddy Lonjean, Un dernier livre avant la fin du monde, 21 janvier 2016

    "Le texte aborde certaines des questions théoriques de son temps, notamment le féminisme, les médias et la contre-culture. Lorgnant entre le Réalisme magique et le postmodernisme, empruntant quelques touches de roman gothique et utilisant les codes et la structure d’un roman Picaresque, nous sommes face à une œuvre totalement audacieuse."

Journaux

  • "Les Machines à désir infernales du Docteur Hoffman", par Pierre Charrel, Bifrost n° 83, juillet 2016

    "[...] l'imagination est source de beauté. Ce que prouve la forme même du livre par son art de l'image, splendide et luxuriant, ou par sa brillante architecture hybridant, par exemple, le roman gothique, la science-fiction spéculative et le conte philosophique deleuzien. Prodige réflexif et esthétique, Les Machines à désir infernales du Docteur Hoffman constitue un singulier et passionnant chef-d’œuvre des littératures de l'Imaginaire."

  • "Coup de cœur de l'été" de François Angelier, Le Monde des livres, 30 juin 2016

    "Chef-d’œuvre du réalisme magique à l’anglaise et sublime fantasmagorie érotico-baroque, ce livre est un des philtres romanesques les plus puissants conçus par Angela Carter (1940-1992), fée marraine du frisson néogothique. On y suit la lutte d’un jeune héros contre un démiurge fou fomentant la subversion carnavalesque du réel. Quand Lewis Carroll croise Aleister Crowley : un monument !"

  • "Angela Carter, Sussex Machine", par François Angelier, Le Monde des Livres, 3 mars 2016

    "Une sublime fantasmagorie érotico-baroque, monument du réalisme magique, enfin traduit en français."

    "Beau comme un portrait de Gilles de Rais par Arcimboldo, voici un chef-d’œuvre à dévorer d’urgence."




  • "Les Machines à désir infernales du docteur Hoffman", par Thierry Guinhut, Le Matricule des Anges, janvier 2016

    "Ce roman d'amour et de mort, dédié à la "femme ineffable" nommée Albertina, outrageusement surréaliste, kaléidoscopique et furieusement coloré [...], comblera le lecteur avide d'images incongrues, de surprises métaphoriques, de métamorphoses, de poisons et sucreries cultivés, en d'autres mots : d'aventures et de merveilleux de haute volée."

Vidéos

  • "Angela Carter", Augustin Trapenard dans le "Grand Journal" (Canal +) du 4 avril 2016