Bienvenue dans l'antre de l'Ogre

L'antre de l'Ogre, c'est un lieu, un espace ouvert, sous la forme d'un blog, à ce qu'est l'irréalité. Il n'a pas pour vocation d'être une vitrine des Editions de l'Ogre, puisque pour cela, nous avons déjà le site. Il s'agit plutôt d'ouvrir un espace d'exploration, de discussion et de création, à différentes voix et différentes formes d'expression (pas seulement les éditeurs et auteurs de l'Ogre et pas seulement du texte). Il s'agit en somme de nourrir notre réflexion et notre imaginaire ogresque. La Bête est née, il faut l'alimenter maintenant. 


La rentrée littéraire de l'Ogre !

Les libraires en parlent Aurélie Garreau – Le monte en l’air (Paris) "La vie fond est hypnotique et vertigineux, on se perd dans le dédale de irréalité avec Bram. La langue est belle et puissante et fonctionne comme une ritournelle, un labyrinthe, certains passages ont une très grande force et imprègnent le lecteur d'une petite musique obsédante." Martin Knosp – Le brouillon de culture (Caen) "L'auteur se joue du lecteur et des codes narratifs avec une telle virtuosité que c'en est jouissif." ...

date de publication, jeudi 07 septembre 2017

« Est-ce que tu ne voudrais pas retirer ce masque un court instant, et, au lieu d’essayer à tout prix d’éviter ces choses que tu portes en toi, cette rage, cette violence, jouer un petit peu avec ? »

Comment t’es venue l’idée de cette forme ? Jason Hrivnak : Si je me souviens bien, j’avais décidé de me tourner vers la fiction un ou deux ans avant l’écriture de ce projet. J’avais voulu commencer par des nouvelles, parce que je pensais que c’était la chose à faire, parce que la forme courte était plus facile. En fait, les nouvelles ne sont pas plus faciles à écrire, pour moi elles sont même plus difficiles, c’est comme de se battre dans une toute petite pièce. Et, dans cet ensemble de nouvelles, il y en avait une qui p...

date de publication, vendredi 27 janvier 2017

Renverser les grilles de lecture, donner lieu, faire place, être turbulent·e·s, assemblé·e·s. Manifestes. par Lou et Eric Darsan

Manifeste Critique : « Décomposition d’un corps, d’une substance en vue de connaître, d’identifier, ses éléments constitutifs. »  Ex nihilo, in excelsis — procéder. Analyse bactériologique, chimie organique, biohazard et nécessité. L'air du temps, de rien, (r)assembler la matière, le corps du texte. Ne pas se précipiter ni décamper. Plutôt décanter. Qui se perd se crée, se transforme et révèle. Incite. Excite. Théâtre des opérations, table des éléments, d'émeraude et de diamant. Fulminate d'argent — le feu de joie s'allume. Jouent ...

date de publication, mardi 01 novembre 2016

Mâcher-recracher

Quand j’étais adolescent, je collectionnais les cartes à jouer tirées d’un manga japonais. Une des cartes que je préférais, et que je n’ai pourtant jamais possédée (car elle était rare, et donc chère), s’appelait Copycat. La carte est particulière car elle a un effet (ce qui n’est pas le cas de toutes les cartes), mais n’a aucun point d’attaque, ni de défense. Son effet est de copier l’attaque et la défense d’un monstre ennemi de notre choix, déjà présent sur le champ de bataille. Copycat est représenté comme une sorte de magicien à tunique ...

date de publication, lundi 30 mai 2016

Que sommes-nous prêts à ignorer, à accepter, à sacrifier, pour vivre « en sécurité » ? par Lucie Taïëb

SAFE : être en sécurité, protégé, à l’abri. Fuir amis et famille à la recherche d’un lieu sûr, et ne pas le trouver. Attendre la guérison en quarantaine, alors qu’une épidémie de syphilis ravage la France, puis se lasser d'attendre. Trouver enfin l’endroit, parfaitement clos, parfaitement pur, où ne plus craindre aucune menace, mais être à la merci de ceux qui ont les clefs. Et savoir pour finir que la sauvagerie des rêves viendra seule contrer un désir de sécurité que rien ne peut combler, un désir devenu fou, qu’il vienne de ceux qui l...

date de publication, lundi 22 février 2016

Lucie Taieb - "Safe" (extrait)



date de publication, jeudi 04 février 2016

Angela Carter, une reine sorcière bienveillante

 «  Angela Carter est peut-être bien la meilleure auteure britannique de sa génération . » Angelina Mirabella   En 1969, Angela Carter est une «  jeune auteure prometteuse  » : elle a déjà écrit cinq romans, couronnés de nombreux prix, dans lesquelles, pour reprendre l’expression d’Ali Smith, auteure de l’excellente préface de l’édition anglaise des Machines à désir infernales du docteur Hoffman , elle s’était attachée à révéler «  l’artifice du réalisme littérair...

date de publication, mardi 05 janvier 2016

Écrire, par Marie Cosnay

L'oeuvre de Marie Cosnay se joue des différents niveaux de réalité, elle convoque les événements historique les dramaturgie ou les mythologie pour déformer notre contemporain. Ce jeux d'optique double le réel, le déborde  et    révèle toute la densité sociale et politique de notre contemporain. À l'occasion du travail que nous avons effectué sur son roman Cordelia la Guerre , nous avons demandé à Marie de nous parler un peu plus de cette écriture du réel.  Écrire avec la convic...

date de publication, jeudi 20 août 2015

Géographies subjectives - Dialogue autour de "Cordelia la Guerre" entre Marie Cosnay et Frédéric Khodja

Cordelia la guerre , au tout début de l’écriture, mêle deux mondes. Celui d’avant, le déjà connu, la fameuse histoire d’un roi qui perd tout et va à la perte avec une joie folle, inquiétante. Le monde de la dispersion, une dispersion qui a eu lieu et ce qu’il faut, c’est la répéter. Un autre monde, et il a lui aussi ses représentations (le roman policier ou d’espionnage). C’est un monde de finances et de fuite et de flux de capitaux, de  palais, de luttes, de villes coupées en deux. Les deux m...

date de publication, mercredi 01 juillet 2015

Langue sauce chien, manifeste - Maurice Mourier

La prose se fait avec des mots, avec beaucoup de mots, il faut que ça soit plein, que ça pète à l’embouchure tellement il y a de choses à fourrer dans le boyau tant qu’il  n’est pas cuit, qu’il reste élastique – lavé, attention ! le boyau rincé à l’eau claire des sentiments convenus, si trop de merde reste accroché à la paroi interne, ça n’aura pas la même saveur, ça sera trop fruité, on peut ajouter un filet d’alcool bon goût dans l’ultime bac de rinçage, pas plus mal - , élastique et se distendant au fur qu’on le remplit avec m...

date de publication, mardi 30 juin 2015

Notes éparses à l’intention de ceux qui, parmi les lecteurs de L’Orage et La Loutre, voudraient s’exercer à une forme d’archéologie littéraire.

Nous ne savons que peu de chose à propos de Lucien Ganiayre et de son roman  L’Orage et la Loutre . Voici ce que ces enfants nous ont permis de découvrir.  Lucien est né en 1910 à Lussas et Nontronneau (Dordogne). Ses parents étant décédés alors qu’il était très jeune, il est élevé par une tante et des grands-parents instituteurs dans différents villages de Dordogne, Montravel, Velines, Saint-Nexans (qui lui inspirera son pseudonyme d’écrivain et de comédien).  Il fait des études d’anglais à Bordeaux, tout en étant « pio...

date de publication, jeudi 23 avril 2015

"Limite de pêche", par Fabien Clouette

Commençons par du bon. Il n'y a pas longtemps, Fabien Clouette nous parlait, à propos de ses films et écrits, du fait que sa narration se déployait de manière non linéaire, sous la forme d'un "plan". Pas un plan plat et lisse sur lequel s'étale une géographie lisible mais plutôt dans l'idée d'une carte qu'on ouvre, ce mouvement précis pris en tant qu'élément de cartographie de nature à troubler le réel qui se déploie. Le plan ainsi déformé fait naître au gré des pliures, trous et bosses, une géographie propre à ce mouvement Les projets qu’il p...

date de publication, jeudi 08 janvier 2015